Visuel du bouquet de services académiques

Conseillers principaux d'éducation

Pour l'école de la confiance
Vous êtes ici : Accueil > Actualité > Revue de presse >

Sommaire

Comme expliqué en préambule de cette enquête, {"Ce dossier interroge les engagements actuels et futurs des lycéens, dans leur établissement, dans la vie associative et, plus globalement, dans la société civile, afin de mieux comprendre leur rapport à la vie politique traditionnelle et aux institutions, ainsi que les nouvelles formes d’engagement citoyen qu’ils plébiscitent aujourd’hui."} Vous trouverez [un résumé de cette enquête en cliquant sur ce lien->https://www.cnesco.fr/fr/engagements-citoyens/engagement-scolaire/]. Ce résumé revient sur les quatre principales conclusions de cette étude. La première est que {{les lycéens ne s’intéressent plus que moyennement à l'engagement citoyen "traditionnel" }} (partis politiques, syndiquas...) et n'ont qu'une confiance modérée dans le système démocratique. Cependant, les lycéens ne sont pas pour autant désintéressés par l’idée de s’engager dans la vie de la cité. {{L’engagement associatif se développe énormément dès le lycée.}} Près de la moitié des lycéens sont engagés bénévolement dans des associations humanitaires et/ou de défense de l’environnement (44 %). Ils plébiscitent également d'autres formes d’engagement plus ponctuelles et revendicatives comme la signature de pétitions, la participation à des manifestations ou encore le boycott de produits. Enfin, {{l'enquête du Cnesco montre que l’école ne semble pas donner assez envie aux lycéens de s'engager.}} Ainsi, leur engagement dans le cadre scolaire se réduit encore trop souvent au rôle de délégués de classe et à leur présence dans les instances de gouvernance de l’établissement. De plus, les élèves ont le sentiment que leur avis n’est pas pris en compte. Enfin, les projets citoyens, sont encore très peu développées au lycée et les autres activités proposant aux élèves de s’engager civiquement concernent un nombre limité d’élèves. Pour finir, l'étude du Cnesco démontre que les lycéens le plus souvent issus de milieux sociaux défavorisés ont moins tendance à s'engager dans des actions citoyennes. {{>>> Téléchargez l'intégralité de l'enquête du Cnesco en cliquant sur le lien à droite de l'article.}}

Engagements citoyens des lycéens : enquête nationale du Cnesco

Le Conseil nationale d’évaluation du système scolaire (Cnesco) a dévoilé hier une enquête intitulée "Engagements citoyens des lycéens". Cette enquête est le premier volet d’un travail plus large sur l’école et la citoyenneté à paraitre en 2019.

Comme expliqué en préambule de cette enquête, "Ce dossier interroge les engagements actuels et futurs des lycéens, dans leur établissement, dans la vie
associative et, plus globalement, dans la société civile, afin de mieux comprendre leur rapport à la vie politique traditionnelle et aux institutions, ainsi que les nouvelles formes d’engagement citoyen qu’ils plébiscitent aujourd’hui."

Vous trouverez un résumé de cette enquête en cliquant sur ce lien. Ce résumé revient sur les quatre principales conclusions de cette étude. La première est que les lycéens ne s’intéressent plus que moyennement à l’engagement citoyen "traditionnel" (partis politiques, syndiquas...) et n’ont qu’une confiance modérée dans le système démocratique. Cependant, les lycéens ne sont pas pour autant désintéressés par l’idée de s’engager dans la vie de la cité. L’engagement associatif se développe énormément dès le lycée. Près de la moitié des lycéens sont engagés bénévolement dans des associations humanitaires et/ou de défense de l’environnement (44 %). Ils plébiscitent également d’autres formes d’engagement plus ponctuelles et revendicatives comme la signature de pétitions, la participation à des manifestations ou encore le boycott de produits.

Enfin, l’enquête du Cnesco montre que l’école ne semble pas donner assez envie aux lycéens de s’engager. Ainsi, leur engagement dans le cadre scolaire se réduit encore trop souvent au rôle de délégués de classe et à leur présence dans les instances de gouvernance de l’établissement. De plus, les élèves ont le sentiment que leur avis n’est pas pris en compte. Enfin, les projets citoyens, sont encore très peu développées au lycée et les autres activités proposant aux élèves de s’engager civiquement concernent un nombre limité d’élèves.

Pour finir, l’étude du Cnesco démontre que les lycéens le plus souvent issus de milieux sociaux défavorisés ont moins tendance à s’engager dans des actions citoyennes.

>>> Téléchargez l’intégralité de l’enquête du Cnesco en cliquant sur le lien à droite de l’article.

Mise à jour : 8 septembre 2018